Aller le contenu

Lettre aux enfants

« Cerf, cerf, ouvre-moi
Ou le chasseur me tuera,
Lapin, lapin, entre et viens
Me serrer la main ».

Comme vous l’avez chantée, cette comptine! Vous en avez fait les gestes et, même si vous êtes un peu grands maintenant, sa musique vous reste dans la tête.
Frapper à une porte, chercher refuge, trouver l’hospitalité, c’est encore bien d’actualité, d’une actualité qui ne vous laisse pas indifférents, un rêve pour des milliers d’enfants qui, sur les routes et sur les mers, fuient les chasseurs de leur pays.

Depuis des siècles et des siècles, les hommes, femmes et enfants se déplacent, vont d’un territoire à l’autre, affrontent de grands périls, vivent de grandes aventures. De grands récits nous racontent leurs odyssées.

Pour vous c’est différent, votre traversée est plus tranquille, sûrement, mais vous êtes bien des voyageurs en quête de découvertes, et surtout vous êtes attendus, avec une grande impatience.

Après un voyage en avion, en car, en train, en bus, à pieds… par-delà mers, rivières, plaines, villes… vous arrivez !
Ulysses un peu fatigués, mais prêts à vous émerveiller, pleins de curiosité.
Vous avez déposé vos valises et vous voilà prêts à frapper à la porte du Pays du Théâtre, à entrer dans cette Cité millénaire.

Vous allez pénétrer dans son enceinte grâce à vos trois clefs.

Trois comme celles qui sont sur le blason du Festival.
Trois comme les trois jours que vous allez vivre.
Trois comme les trois verbes de vos activités: vous allez voir des spectacles, jouer dans les ateliers, discuter les uns avec les autres, avec les artistes et tous vos passeurs.
Trois comme les temps forts : la Cour d’Honneur, le bal, le jardin des Doms.

Vous allez déposer vos rêves, les étaler au soleil. Ils vont se mettre à danser devant et avec vous, ils vont se dessiner devant vous, vous allez en imaginer de nouveaux: vos rêves d’amis, d’amoureux, de camarades, pas des virtuels, non, des bien vivants, ceux et celles à qui vous allez serrer la main, qui comme vous ont fait des kilomètres pour arriver en Avignon.

Mais aussi ceux/celles qui vous ressemblent et qui sont des personnages sur la scène de théâtre, ceux à qui vous voudriez ressembler, ou surtout pas, des chasseurs à chasser, ceux qui se transforment en cauchemar…

Vous allez inventer de nouvelles comptines sur des airs nouveaux, avec des mots-clefs qui abolissent les frontières.
Vous allez entendre des paroles d’auteurs qui s’adressent à vous, enfants de partout, qui parlent de vous, mais aussi de ceux qui sont sur des routes, valise à la main, qui viennent d’un Pays de Rien…
Vous repartirez avec des valises lourdes d’émotion ! Et à votre tour, avec vos clefs, vous ouvrirez à d’autres les portes du théâtre de la vie, celle dont vous rêvez.

Geneviève LEFAURE, membre du bureau en charge des projets au sein du Conseil d’administration de Scènes d’enfance – ASSITEJ France