Aller le contenu

Carte blanche – Collaborations et échanges avec La Réunion

Collaborations et échanges avec La Réunion : Pourquoi ? Comment ? Et avec quels moyens ?  

Rencontre organisée par la plateforme ZÉVI de La Réunion en partenariat avec la Direction des Affaires Culturelles de La Réunion, mardi 16 juillet de 11h à 12h45 – Théâtre de l’Entrepôt

Avec : Bernard Faille (Théâtres départementaux de La Réunion), Grégory Vandaële (Scènes d’enfance-ASSITEJ France), Vincent Maillot (Cie Circonflex), Philippe Gauthier (auteur), Olivier Letellier (Théâtre du Phare), Benoît Vuillon (JMFrance), Vincent Legrand (Théâtre les Alberts) et Sylvie Baillon (le Tas de Sable – Ches Panses Vertes), Leone Louis (Cie Baba Sifon), Pierre Vincent (Cie Issue de secours), Aurélie Savoyat (association Fée Mazine), Florence Goguel (Cie Le Porte Voix), Christine Richet et Brigitte Harguindeguy (direction des affaires culturelles de La Réunion).

Lors de cette rencontre, des professionnels ont partagé, à partir d’expériences artistiques, la vitalité de ce territoire et l’efficace transversalité des projets à destination du jeune et très jeune public qui y sont portés. Au coeur de cette dynamique, s’inventent et se réinventent des collaborations, avec des artistes nationaux et internationaux : formations, stages, résidences, laboratoires, co-créations… Alors que de nombreux dispositifs encouragent la recherche artistique, le circuit de diffusion s’appuie sur la réalité du territoire, des salles de spectacles grand public aux lieux les plus impromptus. De même, parce que les échanges artistiques sont nombreux, quelles stratégies adopter pour contourner la problématique de l’éloignement et encourager ces collaborations nationales et internationales ?

Cette rencontre à Avignon a réuni environ 80 participants, avec la participation de la DAC Réunion, et plusieurs acteurs culturels réunionnais et hexagonaux, venus témoigner de leur collaboration avec La Réunion.

Estelle Derquenne, coordinatrice générale de Scènes d’enfance – Assitej France a ouvert ces rencontres : « lors de notre passage à La Réunion pendant le Tour d’enfance, nous avions été très touchés par la diversité des acteurs venus aussi de Madagascar, des Comores ou de Mayotte. Nous avions constaté une belle dynamique et un véritable engagement en faveur du jeune public, c’est pourquoi nous avions voulu offrir cet espace d’échange, avec cette carte blanche à la plateforme jeune public de La Réunion ».

Léone Louis, de la compagnie Baba Sifon a témoigné de la dynamique de développement du spectacle vivant à La Réunion :  « Quand j’étais enfant, on comptait sur les doigts de la main les compagnies réunionnaises. Aujourd’hui les choses bougent et c’est aussi ça que nous voulions montrer dans le cadre de Zévi : offrir de la visibilité au bouillonnement culturel qui existe aujourd’hui à La Réunion. »

Christine Richet, directrice des affaires culturelles de La Réunion explique ce dynamisme : « J’ai découvert à La Réunion un territoire extraordinaire, avec un militantisme très fort au bénéfice de la jeunesse, et c’est aussi une priorité absolue du ministère de la Culture ».

De nombreuses interventions convergent pour souligner : le grand dynamisme culturel, la diversité importante des acteurs mobilisés, l’existence de beaucoup d’échanges entre artistes réunionnais et métropolitains.

De nombreux artistes ont ainsi témoigné de leurs expériences de travail avec des artistes et / ou des structures réunionnaises.

 

Philippe Gauthier par exemple : « j’ai découvert La Réunion avec l’opération Bat la lang, organisée par le Théâtre du Grand Marché, j’y ai animé des ateliers d’écriture, et j’y ai rencontré notamment Nicolas Givran, avec qui j’écris aujourd’hui « La pluie pleure ». Une pièce jeune public qui sera créée au TEAT Champ Fleuri en avril 2020. Nous écrivons cette pièce à 4 mains, puisqu’elle sera en français et en créole. C’est donc un enrichissement mutuel très intéressant. »

En revanche, si les artistes métropolitains s’enrichissent des expériences vécues à La Réunion, et à travers lesquelles l’île peut même devenir une source d’inspiration pour leur propre travail (à l’instar de Florence Goguel par exemple), ils sont aussi nombreux à déplorer que les échanges ne soient pas plus nombreux dans l’autre sens, afin que des artistes réunionnais puissent être plus souvent accueillis en métropole.

Enfin, Benoît Vuillon, JM France est revenu sur son expérience et a témoigné des auditions menées cette année à La Réunion. « L’année dernière, nous avions retenu et intégré à notre brochure nationale Madame Gascar, qui vient d’achever une tournée de 80 dates ! Cette année, nous intégrons deux nouveaux artistes, Mounawar et La Cie Baba Sifon. »

Il note cependant un paradoxe intéressant :

« Ça bouillonne de partout à La Réunion, mais on constate aussi que de nombreux artistes ne s’autorisent pas à aller vers de la création jeune public, alors qu’ils travaillent pourtant déjà beaucoup avec des écoles, avec un public jeune. Ils sont nombreux à rester en retrait encore du secteur, mais je les encourage à passer le cap ! »

 

Télécharger cette synthèse, réalisée par la plateforme Zévi : synthèse-carte-blanche-reunion.pdf